Défense Conseil International est fier de recevoir le Prix des meilleurs employeurs pour la deuxième année consécutive

Défense Conseil International (DCI), l’opérateur de référence du ministère de la Défense pour le transfert du savoir-faire militaire français à l’international, reçoit pour la deuxième année consécutive le label « Meilleur Employeur » 2017, délivré par le magazine Capital.

A l’issu d’une enquête réalisée auprès d’un panel de 20 000 salariés, DCI s’est illustrée parmi les meilleurs employeurs du secteur « Ingénierie », en se hissant 8ème sur 50. Ce label souligne l’attractivité de la marque employeur, la cohésion des équipes ainsi que l’expertise RH de DCI.

Jean-Michel Palagos, Président-Directeur Général de DCI, déclare : «Je suis très heureux que DCI reçoive cette distinction pour la 2ème année qui récompense son attractivité. Elle revient à tous les collaborateurs, à qui je rends hommage, qui œuvrent au quotidien pour faire de DCI un groupe solide et responsable au sein duquel la prise d’initiative, l’expertise et l’innovation sont valorisées. Nous nous engageons au quotidien pour l’égalité et le bien-être de nos salariés. A titre d’exemple, DCI est la seule entreprise de la défense dont le Comité Exécutif est paritaire. Par ailleurs, nos salariés bénéficient d’un environnement de travail ouvert, innovant et propice à leur épanouissement ».

Notes aux rédactions :

  • Capital s’est associé à l’institut d’études Statista, expert mondial de la data en ligne, pour réaliser le palmarès des meilleurs employeurs de France. Le classement a été élaboré à partir des résultats d’un sondage en ligne, permettant de mesurer la satisfaction des salariés vis-à-vis de leur employeur. 20 000 interviews de salariés travaillant dans des entreprises de plus de 500 salariés ont été récoltées, et ont permis d’identifier les meilleurs employeurs dans 32 secteurs d’activité différents.
  • Les scores ont été calculés sur la base d’un sondage en ligne, anonyme et indépendant, portant sur la volonté des salariés à recommander ou non leur employeur et ceux de leur secteur. Les sondés ont également répondu à une enquête d’une trentaine de questions en relation avec leurs conditions de travail.